Le positionnement préalable, une obligation du CPF de transition

Le positionnement préalable, une obligation du CPF de transition

L’utilisation du CPF  dans le cadre d’un projet de transition professionnelle  doit respecter un cadre et des  modalités précises. Parmi elles, le salarié doit bénéficier d’un positionnement préalable au suivi de l’action de formation.Celle-ci est une nouveauté de la réforme.

Positionnement préalable

Élaborer un projet de formation pour bénéficier du CPF de transition

Tout d’abord, le projet de transition professionnelle [PTP], ou  CPF de transition, permet au salarié de s’absenter de son poste afin de suivre une formation pour se qualifier, évoluer ou se reconvertir. Il remplace ainsi le CIF. Rappelons que  les Fongecif gère ce dispositif depuis le 01/01/2019 . En 2020, de nouvelles structures, les commissions paritaires interprofessionnelles régionales [CPIR]  prendront le relais pour la gestion des demandes. 
 
Ainsi pour bénéficier de ce dispositif, le salarié doit élaborer un projet de formation. Il doit au préalable, à l’occasion d’un positionnement réalisé gratuitement par l’organisme de formation choisi, identifier ses acquis professionnels pour définir la durée et le parcours de formation qui sera suivie. Comme le précise le décret de  décembre 2018,  ce positionnement, ne constitue pas une action de formation.

Fournir un document formalisé 

En effet le positionnement préalable doit donner lieu à la rédaction d’un document formalisé. À joindre à la demande de prise en charge. 
Ce document identifie les acquis du salarié et propose un parcours de formation individualisé et adapté, dans son contenu et sa durée, aux besoins de formation identifiés pour la réalisation du projet de transition professionnelle. Le devis est approuvé par le salarié. Il précise notamment le coût de l’action de formation proposée et ainsi optimisée du point de vue prise en charge financière. 

Voir le Décret n° 2018-1332 du 28 décembre 2018

Fermer le menu